L’art et l’illustration

Bien qu’assimilé à un type de graphisme, l’art et l’illustration sont des domaines très différents du graphisme tel qu’on le définit. En effet, le graphiste réalise des compositions afin de résoudre des problèmes et pour communiquer sur quelque chose d’existant, dans un but spécifique. Tandis que l’artiste ou l’illustrateur, créent des œuvres uniques, non pas pour vendre un produit ou pour promouvoir un service, mais uniquement comme moyen d’expression, de sorte qu’elle peut être considérée et appréciée par les autres. Le message, si nous pouvons l’appeler ainsi, n’est pas un fait mais un sentiment.

Pour autant malgré les techniques qui les séparent, il est difficile de faire référence à l’un sans mentionner l’autre. L’artiste graphique exerce dans tous les types de design graphique, car il possède généralement de bonnes connaissances en arts, en architecture et en animation. Même si les illustrateurs s’intéressent aussi aux produits commerciaux, ils privilégient encore l’art et l’image, plutôt que la compréhension à travers leur création. Ils insistent, ainsi, davantage sur la présentation de leur style graphique, souhaitant être reconnus et célèbrent, tels que Carlos Nine ou William Vance.

Dans l’art et l’illustration on retrouve : le design de tee-shirt, les images stocks, les motifs pour tissu, les couvertures de livres, l’infographie, les livres d’images, les illustrations techniques, les jeux vidéo, bandes dessinées…

L’environnement

Le design d’environnement consiste à imaginer, concevoir et organiser l’aménagement de lieux de vie, de loisir et de travail. Le design environnemental, c’est l’utilisation d’éléments visuels pour connecter les gens à un endroit. L’objectif de ce type de graphisme, c’est d’améliorer l’expérience des personnes dans des lieux, afin de rendre l’expérience plus agréable, marquante, instructive ou indicative. Par exemple les signalisations, la signalétique dans les transports en commun, le balisage des expositions dans les musées, dans les bureaux. Ou encore, les décorations de salle de conférences ou événementielles, le décor intérieur des magasins… Auparavant, le design d’environnement concerné essentiellement les panneaux statiques, mais le numérique a permis l’émergence de panneaux digitaux qui instaurent une expérience plus attrayante.

Le motion design et l’animation

Autres types de graphisme le motion design et l’animation. deux termes à ne pas confondre. Le motion design, c’est une branche du graphisme tandis que l’animation en est une technique. Le motion design se focalise principalement sur l’animation d’éléments de design graphique, sans chercher forcément à raconter une histoire. Contrairement aux autres types d’animations. Alors que l’animation qui peut être soit en 2D, soit en 3D, se base le plus souvent sur un storyboard, dans le but de raconter une histoire, un scénario… Le terme « animation » comprend plusieurs types d’images en mouvement, dont le motion design. Cela inclut l’animation, les jeux vidéo, les applications, les fonctionnalités de site Web, les gifs, vidéos promotionnels, logos animé, bandes-annonces… Elle intègre également le contenu audio, la vidéo, la typographie, les images et tous les autres effets utilisés en ligne, au cinéma ou à la télévision, liée à l’animation. L’essor des nouvelles technologies, le triomphe des contenus vidéos, la réduction des coûts et du temps de production ont permis la démocratisation de la discipline jusqu’alors réservée au cinéma et à la télévision.

Le packaging

Le Design Packaging est un type de graphisme, qui incorpore toutes les problématiques en lien avec les conditionnements des produits de consommation, alimentaires ou non alimentaires dans tous les secteurs de marché. Conception d’interface entre le produit et le consommateur, le packaging a pour fonction de servir l’intégrité des produits emballés ainsi que la sécurité des utilisateurs.

Lorsque vous achetez un produit, il comporte pour beaucoup un emballage avec une forme et un élément visuel (étiquette, autocollant) spécifique, destiné à stocker, distribuer et vendre les produits. Toutefois, le packaging s’utilise de plus en plus comme un outil de communication à destination des consommateurs. Les contenants, boites, bouteilles, cartons, sacs, cannettes…, pouvant servir à raconter l’histoire de la marque.

Pour ces raisons, les professionnels doivent mettre en place des concepts, créer des modèles et réaliser les documents prêts à être imprimés et qui serviront à l’emballage du produit. C’est pourquoi en plus des compétences en conceptualisation, design industriel et processus d’impression, le graphiste doit aussi être au fait des tendances actuelles pour un marketing produit réussi.

L’édition

Plus méconnu, l’édition s’inscrit également dans la liste des différentes types de graphisme. L’édition fait référence aux supports imprimés distribués en grande quantité tels que les journaux, magazines, livres, catalogues, bulletins d’informations… Mais avec l’apparition du numérique, ces supports sont aujourd’hui également et même de plus en plus numériques. Le graphisme d’édition impose de travailler en étroite collaboration avec les éditeurs et les maisons d’édition pour la mise en page. Mais aussi pour déterminer la typographie ainsi que les images, illustrations des publications afin de les associer avec goût et obtenir le meilleur produit fini.

L’expérience utilisateur (U.X)

L’expérience utilisateur fait partie de ces nouveaux types de graphiques, nés avec l’ère du numérique. L’U.X ou l’expérience utilisateur, consiste à améliorer l’expérience de l’utilisateur comme son nom l’indique, en se concentrant sur la structure et la logique des éléments avec lesquels il va interagir. À cet égard, le designer s’emploie à améliorer la convivialité, l’accessibilité et l’interaction des utilisateurs avec le produit. Le but étant de maximiser la satisfaction du client.

L’interface utilisateur (U.I)

Il décrit la manière dont les utilisateurs interagissent avec un appareil ou une application. Ce type de conception graphique se concentre sur l’anticipation des actions que vont réaliser les utilisateurs. Le but étant de s’assurer que l’interface dispose de tous les éléments qui rendent les actions possibles et qu’elle est facile et agréable à utiliser. Ces éléments sont les listes déroulantes, les bascules, les boutons, les menus, les fils d’Ariane, les notifications, les barres de progressions… Pour cela les designers UI travaillent sur le design des pages web, des thèmes de CMS tels que WordPress, Shopify… et des applications, ainsi que les interfaces de jeux.

Le marketing et la publicité

Sûrement le plus connu des types de graphisme, le marketing et la publicité ont pour but d’aider les entreprises à promouvoir leurs produits et à communiquer efficacement pour peser sur les décisions de leur public cible. Le travail consiste ici à réaliser des éléments qui servent à la stratégie marketing des entreprises. Il intègre les publicités et bannières et graphique des médias sociaux, les images des sites internet, les publicités dans la presse, les panneaux d’affichage, les brochures (print ou digital). Mais aussi, les templates d’email marketing, le marketing de contenu, l’habillage des véhicules, l’infographie, les présentations PowerPoint…

L’identité visuelle

parmi les différents types de graphisme, nous retrouvons l’identité visuelle. L’identité visuelle constitue tous les éléments visuels qui composent une marque. On y retrouve le logo, la typographie, les couleurs, les formes et des images qui symbolisent la marque. En plus de réaliser les cartes de visites, catalogue, flyers… le graphiste conçoit également ce qu’on nomme la charte graphique qui va servir à la communication de la marque sur les différents canaux de communication. La charte graphique* aide, à la reconnaissance rapide de la marque et à la mise en place d’une uniformité dans l’identité de la marque.

* Charte graphique : ensemble des éléments qui font l’identité visuelle d’une marque ou d’une entreprise ou association. Elle se compose de 4 éléments qui sont : le logo, les codes couleurs, les polices de caractères ou typologie, les éléments graphiques.

Les différents types de graphisme

Avec l’évolution des technologies, le graphisme a évolué jusqu’à devenir multidisciplinaire. Ainsi le concept global se compose de plusieurs domaines et de spécialisations. Voici les plus connus.

Il est très facile de vite perdre de vue le but de la conception graphique, avec ces différents types de conception. En effet l’objectif premier de la conception graphique, étant de communiquer et de trouver des solutions à des problèmes. Ainsi sans la conception graphique, nous recevrions des messages plus fade, moins utiles et qui demanderaient plus d’attention de notre part pour s’y intéresser et comprendre.

Les principes de la conception graphique

Les principes de la réalisation graphique suggèrent la manière dont le concepteur doit organiser au mieux les différents éléments de la mise en page. Cela afin de garantir que les composantes de la conception globale sont liées les uns aux autres. Ces principes sont :

L’équilibre : l’équilibre visuel dans une réalisation graphique s’obtient en utilisant la symétrie et l’asymétrie. Cela est possible en équilibrant le design en poids c’est-à-dire en répartissant de manière uniforme les formes, lignes et autres composantes. Ainsi même si les côtés de la production ne sont pas les mêmes, ils comportent des éléments similaires. Il permet finalement de définir une structure et une stabilité à la création.

L’alignement : il aide à l’organisation de la production en alignant les éléments avec le bas, le haut, le centre ou les côtés pour une meilleure association visuelle entre les différents composants.

La proximité : la proximité crée une relation visuelle entre les parties du dessin, dans le but de réduire l’encombrement, d’accroître la compréhension du spectateur et de fournir un point focal aux usagers. Ce n’est pas juste placer les éléments les uns à côté des autres, mais les lier visuellement.

La répétition : une fois que l’on sait comment disposer les composantes, répéter le modèle aide à établir une cohérence dans la réalisation. De plus, la répétition permet de relier les éléments individuels et de renforcer le design en créant une sensation de mouvement structuré.

Le contraste : il s’utilise pour mettre en avant certains aspects de la réalisation. Ainsi le contraste aide à souligner la différence entre certains éléments et à mettre en évidence des composants clés de la production que l’on souhaite accentuer.

Deux autres éléments peuvent égalent être pris en compte :

– Du nombre d’or : également appelé « Phi », suite de Fibonacci ou rectangle d’or, il représente la somme de 1,61800339887… depuis des siècles, il est considéré comme la formule absolue de la beauté, avec ses qualités de proportions et d’équilibres. C’est pourquoi de nombreux artistes l’ont utilisé afin de réaliser leurs œuvres et aujourd’hui encore il est utilisé dans le domaine du graphisme.

– De la Culture du public : pour tout ce qui concerne les codes sociétaux comme l’utilisation de la couleur (le rouge est une alerte ou dans certaines cultures orientales un signe de bonne fortune) et le modèle de lecture (de gauche à droite dans les cultures occidentales).

Les éléments de la conception graphique

Dans le graphisme, les éléments artistiques sont la base de la conception visuelle qui forme l’ossature de la conception et transmettent les messages visuels. Ces éléments sont :

La ligne : qu’elles soient droites, courbes, fines, épaisses, bidimensionnelles ou tridimensionnelles, c’est l’élément le plus simple de la création. Elle est juste un élément de représentation qui se définit par un point se déplaçant dans l’espace.

La forme : c’est une zone en 2 dimensions définie par des lignes. Éléments de base de la conception graphique, les formes peuvent être abstraites, géométriques ou encore organiques.

La couleur : c’est un composant essentiel pour attirer l’attention, car il détient une part psychologique puisqu’une couleur peut réveiller des sentiments. Il existe 3 spécificités principales à la couleur : la teinte (famille de couleurs), la saturation (pureté de la couleur) et la valeur (luminosité ou obscurité de la couleur).

La typographie : c’est l’art d’améliorer le type et est plus qu’important pour la délivrance du message associé à la réalisation. Pour cela il est possible de jouer sur le poids (régulier, léger ou gras), la taille, les couleurs et les espacements, afin de donner de la puissance au message à faire passer.

La texture : également utiliser pour attirer l’attention, la texture fait référence à ce que les choses devraient ressembler, si on devait les toucher. Elle peut être lisse, brillante, rugueuse, dure, douce, brillante… et peut être associée à d’autres éléments tels que la forme, la couleur, le type, les images…

La taille : dans le graphisme, la taille s’utilise comme repère de l’importance. Elle peut aussi créer un intérêt visuel pour une création en utilisant des tailles différentes.

L’espace : Elle fait référence aux zones du dessin laissées vierges. L’espace comprend toutes les zones, autour, entre, au-dessus, en dessous des éléments de la conception graphique. Les espaces sont placés de manière intentionnelle, afin de mettre l’accent sur les éléments réalisés.

Le graphisme

Le graphisme est un art ancien qui remonte à la période égyptienne avec les hiéroglyphes. Le terme trouve son origine dans l’imprimerie des années 1920. Aujourd’hui, il regroupe toute une gamme d’activités, dont la création de logotypes afférent au métier de graphiste.

La conception graphique ou le graphisme, c’est un métier dont l’activité consiste à créer du contenu visuel afin de transmettre des messages particuliers à des groupes sociaux avec des objectifs spécifiques. Pour cela, on combine les techniques de hiérarchisation visuelle et de mise en page, en utilisant la typographie et les images. En clair la conception graphique c’est la représentation de la communication dans le but de transmettre des idées à l’aide de visuels et du design.

Il s’agit d’une branche interdisciplinaire du design, dont les fondements et les objectifs tournent autour de la définition d’un problème et de la détermination des objectifs pour prendre une décision. Pour cela, on utilise la créativité, l’innovation, et la réflexion latérale, et avec l’aide d’outils numériques, on les transforme pour une bonne interprétation. Cette activité contribue à l’optimisation des communications graphiques, il est également connu comme la conception de la communication visuelle ou la conception éditoriale.

Pour bien comprendre le concept de design graphique, il est important de bien comprendre les éléments et les principes qui composent le design.

Combien gagne un graphiste ?

Le montant de la rémunération d’un graphiste comporte de nombreux facteurs :

  • Le niveau d’étude.
  • L’expérience.
  • La taille de l’entreprise.
  • Si c’est un freelance ou pas.

Ainsi, en moyenne un graphiste perçoit entre 1800 € et 2300 € brut par mois en début de carrière. Après quelques années d’expérience, le salaire peut atteindre les 3000 € brut mensuels.

En indépendant ces revenus sont très variables selon le type de client : PME, TPE, startup, très grande entreprise… Il dépend également de la situation géographique du graphiste (Paris ou la province). On note alors qu’un freelance qui travaille régulièrement peut percevoir un salaire moyen de 1900 € brut par mois.

Quelles études pour devenir graphiste ?

Les études pour devenir graphiste, existent dans différents parcours de formations, selon votre niveau d’études. Il est possible de se former dans les écoles publiques et dans des établissements privés. Afin d’être engagé comme graphiste dans une entreprise, un bac+2 minimum est plus que recommandé. Les entreprises recrutent généralement des personnes qui possèdent des diplômes d’écoles d’art appliquées ou qui sont titulaires d’un BTS ou d’un DUT en informatique compléter par une formation en design graphique. Cependant, si votre souhait, c’est de devenir freelance, il n’y a rien d’obligatoire, certains étant des autodidactes. L’essentiel étant :

  • D’avoir des capacités créatives
  • De maîtriser les outils de dessin assisté par ordinateur (DAO), de création assistée par ordinateur (CAO) et de publication assistée par ordinateur (PAO).
  • De maîtriser les différents outils de communication.
  • De connaître le dessin et d’avoir certaines compétences en illustration.
  • De posséder une très bonne culture générale.
  • De savoir utiliser des images pour créer des contenus visuels pertinents.
  • D’être capable de créer des polices d’écriture pour ses clients.
  • De savoir produire un travail en version papier, web/digitale, format illustration ou en motion design.

Les formations

Des formations niveau Bac ou équivalent existent pour acquérir de bonnes bases, notamment pour un projet freelance ou pour intégrer plus aisément un cursus supplémentaire :

  • BMA (Brevet des Métiers d’Arts) Graphisme et décor option graphiste en lettre et décors.
  • BMA (Brevet des Métiers d’Arts) Graphisme et décor option décorateur de surfaces et volumes;
  • Bac STD2A (Sciences et Technologies de Design et des Arts appliqués.
  • Bac professionnel réalisation de produits imprimés et pluri-média option : productions graphiques.
  • Bac professionnel artisanat et métiers d’art option communication visuelle pluri-médias.
  • Bac professionnel réalisation de produits imprimés et pluri-média option productions graphiques.
  • Titre de maquettiste infographiste multimédia.

Niveau Bac +2

Après un Bac vous pouvez intégrer un cursus Bac +2 en :

  • BTS Design graphique option communication et médias imprimés
  • BTS Design graphique option communication et médias graphiques.
  • BTS Design de communication espace et volume
  • BTS communication visuelle
  • BTS Études et Réalisation d’un Projet de Communication (ERPC)
  • DMA Arts graphiques option illustration
  • DMA Arts graphiques option typographie
  • DUT CGE (Génie du conditionnement et de l’Emballage)
  • DUT MMI (Métiers du Multimédia et de l’Internet)
  • Infographiste multimédia, École supérieure des Métiers de l’Image (ESMI)
  • Infographiste multimédia, Institut des Technologies et de la Communication (ITECOM)

Niveau Bac+3

Pour obtenir un Bac +3, vous pouvez intégrer les cursus suivant :

  • Licence professionnelle en communication visuelle
  • Licence professionnelle métiers du designer :
    • activités et techniques de communication spécialité design numérique
    • conception graphique multimédia
  • Licence graphiste multimédia
  • Licence professionnelle métiers du numérique : conception, rédaction et réalisation web
  • Bachelor graphiste designer
  • Bachelor graphisme multimédia
  • Bachelor Web design et communication graphique
  • DNA (Diplôme National d’Art)
    • option design visuel et graphique
    • option design objet et espace
    • mention design graphique multimédia
  • DNMADE (Diplôme National des Métiers d’Arts et du Design)
    • mention animation
    • mention graphisme
    • mention livre
    • mention numérique
  • Création digitale
  • Graphiste motion designer (école des Gobelins)
  • Diplôme Ina motion design-conception graphique animé
  • Certificat d’école en bande dessinée
  • Infographiste jeu vidéo (2D/3D temps réel)

Niveau Bac+4, Bac+5

Si vous souhaitez acquérir un niveau supérieur, pour les niveaux BAC+4, BAC+5 et plus.

Bac +4

  • Dessinateur-concepteur, option édition multimédia
  • Dessinateur-concepteur, option Jeux vidéo
  • Directeur de création en édition multimédia
  • MSc (Master of Science) graphisme
  • SP4 (Sup de Pub) marketing et communication de la culture et des arts
  • SP4 (Sup de Pub) Création publicitaire
  • SP4 (Sup de Pub) direction artistique
  • SP4 (Sup de Pub) direction artistique
  • MBA (Master of Business Administration) graphisme
  • MBA (Master of Business Administration) Management des arts visuels
  • MBA (Master of Business Administration) création et stratégie publicitaire
  • MBA (Master of Business Administration) spécialité Advertising and creativity
  • Bachelor design graphique
  • DSAA (Diplôme Supérieur d’Arts Appliqués) design mention espace, graphisme, produit ou mode

Bac +5 

  • Master Graphisme
  • Master spécialité graphisme
  • Master direction artistique
  • Master management du design et de l’innovation
  • Master design strategy
  • Master directeur artistique en communication visuelle et design numérique
  • BDes (Bachelor of design) graphisme
  • BDes (Bachelor of design) design industriel
  • BDes (Bachelor of design) motion design
  • BDes (Bachelor of design) game experience design
  • MBA (Master of Business Administration) expert UI/UX design
  • Diplôme national supérieur des arts décoratifs (ENSAD)
  • Directeur artistique en communication visuelle et multimédia
  • Directeur artistique image et média
  • DNSEP (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique) option Art, Communication ou Design

Noter : qu’il existe un Certificat de Qualification (CQP) concepteur réalisateur graphique réalisable en contrat de professionnalisation. Enfin, pour accéder à un BTS, le DMA, ou bien avant de se jeter sur un concours d’entrée pour une école privée, il est fortement conseillé de réaliser une année de prépa. Soit une prépa en Arts Appliqués (AA), soit une mise à niveau en Arts Appliqués (MANAA).